Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Le Water White est donc le pétrole commercial le plus incolore; son prix est le plus élevé; on le définit d'une façon générale en disant qu'il doit être limpide comme de l'eau.

Les essais de colorimétrie sont faits avec les colorimètres de STAMMER, de SCHMIDT et HAENACH et de WILSON-LUDOPH.

Nous devons remarquer que tous ces pétroles exposés à la lumière subissent des altérations qui les jaunissent sons que, de cela, on puisse en déduire une diminution de leur pouvoir éclairant.

Il serait, en tout cas, de beaucoup préférable de classer les pétroles d'éclairage à l'aide de spécifications chimiques et physiques. au lieu de leur donner tout une série de noms commerciaux ne répondant à aucune qualité réelle.

Huiles minérales lourdes de pétrole

MINÉRAL COLZA-HUILES COMBUSTIBLES (Gas Oil Fuel Oil Road Oil-Mazout). HUILES DE GRAISSAGE.

Nous trouvons encore ici toute une série de produits portant des noms plus ou moins connus nous en passons de nombreux

[ocr errors]

dont la composition est généralement assez mal définie.

[ocr errors]

et

Minéral Colza. Nom de plus en plus répandu et qui désigne une huile minérale lourde, in colore, employés par les chemins de fer comme huile d'éclairage, brûlant dans des lampes spéciales, et dont les spécifications correspondant en moyenne aux chiffres cidessous :

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Huiles Combustibles. Nous n'avons pas à revenir sur les définitions des huiles lourdes dites « Gas Oil » « Fuel Oil » et « Road Oil », caractérisées par le décret du règlement d'administration publique du 30 août 1919, et que nous avons publié dans les Annales

des falsifications Novembre-Décembre 1919). Tous ces combustibles. liquides ont des emplois prévus: alimentation des moteurs à combustion interne et combustion sous toutes ses formes.

Ce que nous cherchons à faire ressortir ici, c'est la tendance actuelle d'englober sous le nom de « Mazout » tous les combustibles liquides tels que: Gas Oil, Fuel Oil, et Road Oil.

Le terme de Mazout est entré dans le langage à l'époque de l'arrivée en France des Distillats Russes et Roumains admis au régime des huiles minérales brutes, à condition de renfermer 10 % de Mazout, ou résidu de distillation.

Or le Mazout, quoiqu'étant un résidu liquide de distillation des pétroles de Russie et de Roumanie, a une composition bien différente des huiles combustibles précédemment citées.

Le Mazout est depuis longtemps employé pour l'alimentation des chaudières à vapeur des navires et autres chauffages industriels. C'est surtout en Allemagne, en Autriche, en Hongrie et en Galicie, qu'il était en usage avant l'utilisation des Gas Oils, Fuels Oils et Roads Oils huiles combustibles de provenance américaine.

Il ne nous semble pas qu'il faille pour cela admettre le nom de Mazout pour désigner tous les combustibles liquides, nous préférons adopter l'expression plus générale « Huiles combustibles », qui comprend aussi bien les résidus de pétrole que ceux de la houille employés indistinctement pour le chauffage.

Huiles de graissage. 'Sans étudier en détail les différentes définitions des huiles de graissage, nous y signalerons les mêmes anomalies que précédemment, vue la complexité encore plus grande des marques commerciales qui doivent répondre en principe à certaines qualités dans le graissage.

Citons cependant, à titre d'indication, un résumé des définitions d'huiles de graissage:

Mazout

Huiles de vaseline. - Huiles à broches. - Huiles de graissage pour machines. - Huiles pour cylindres. Valvoline. pour huiles de graissage, etc. etc.

En résumé, cette esquisse rapidé sur les principales définitions des produits dérivés du pétrole ou de la houille montre combien peu l'on s'accorde sur leur composition exacte et sur leurs propriétés.

Il serat opportun qu'une entente se fasse en vue de l'unification des appellations ou de l'adoption de spécifications permettant de mieux classer et différencier ces produits.

EUFS GRANULES, COMPRIMES D'EUFS, POUDRES D'ŒŒUFS

Par MM. MARCHADIER et GOUJON

Directeur et Chimiste du Laboratoire municipal agréé du Mans

La France est un pays de grande consommation d'œufs et comme elle ne produit guère que la moitié de ce qui lui est nécessaire (trois milliards environ par an), elle est obligée d'importer le reste de l'étranger.

Avant la guerre, la Russie était le principal pays importateur et les œufs russes arrivaient chaque jour aux Halles de Paris, en coque, soigneusement rassemblés dans des caisses de bois.

Depuis la guerre, les œufs russes ont disparu du marché, mais les importations d'œufs du Maroc ont considérablement augmenté.

Il était naturel de chercher à donner à ces œufs exotiques une forme qui en facilite le transport, la conservation, la manipulation, le commerce; un aspect qui les fasse accepter sans hésitation par le consommateur et c'est ainsi que sont nés les œufs granulés, les comprimés d'œufs et les poudres d'œufs que l'on rencontre communément aujourd'hui dans toutes les crêmeries et épiceries.

Il est bien évident que seuls les composants du blanc et du jaune d'œuf doivent se retrouver dans ces produits.

Or, on sait que le jaune contient des protéines, des matières grasses, une matière colorante, des matières minérales et des traces de matières hydrocarbonées.

Le blanc n'apporte que de la protéine.

L'ovovitelline, qui constitue la majeure partie des protéines de l'œuf, est insoluble dans l'eau, mais elle est soluble dans les solutions salines diluées qui l'abandonnent par coagulation à 70°-75°. On peut même doser cette albumine en utilisant cette particularité.

Les matières grasses comprennent à la foi des graisses neutres et des graisses phosphorées ou lécithines. A ce sujet, il y a lieu de faire remarquer les variations pondérales de ces substances dont l'épuisement offre une rée le difficulté et conduit à des résultats qui different sensiblement suivant le solvant utilisé.

La matière colorante appartient au groupe des lipochromes ou lutéines. Elle est identique à celle du beurre et du pollen et aurait, d'après Willstatter et Escher la composition de la xanthophylle. Nous noterons son pouvoir colorant considérable et sa dissolution facile dans les solvants indiqués pour l'épuisement de la matière grasse. Nous indiquerons aussi comme un de ses caractères spécifiques la teinte rose pâle qu'elle communique au sulfure de carbone.

Ces quelques notions sont suffisantes pour permettre d'analyser utilement les œufs granulés, les comprimés d'oeufs et les poudres

d'œufs.

Au point de vue pratique, nous aurons à rechercher si nous nous

trouvons bien en face d'un produit pur et en bon état de conservation et les dosages qui nous donneront à ce sujet les meilleurs résultats sont :

1o Le dosage des matières grasses;

2o La détermination de l'acidité.

On verra que l'évaluation de l'humidité, des cendres et des matières azotées n'est pas indispensable pour baser la conclusion.

1o Le dosage de la matière grasse. — Opérer sur une prise d'essai de deux grammes et indiquer le solvant employé (l'éther de pétrole abandonnant un soluble de 48.2, alors que le chloroforme abandonne,, pour le même produit et dans les mêmes conditions opératoires, un soluble de 57.7).

Remarquer si l'éther enlève bien toute la matière colorante jaune; la présence, après l'épuisement, d'un produit encore coloré, pouvant faire supposer une matière colorante étrangère et par suite l'addition d'une substance autre que celles qui entrent dans la composition naturelle de l'œuf.

Après l'évaporation complète du solvant, le résidu gras doit présenter une odeur nette et facilement perceptible d'œuf cuit et donner à +25° un indice de réfraction se tenant aux environs de 1.4700.

Le rapport du poids de ce résidu au poids de la prise d'essai variera suivant qu'on se trouvera en présence d'un œuf complet ou seulement d'un jaune. Dans le premier cas, ce rapport sera de 36 pour 100 et dans le second de 60 pour 100.

[ocr errors]

Si l'on désirait avoir séparément les matières grasses neutres et les lécithines, on pourrait se basant sur l'insolubilité des lécithines dans l'acétone épuiser d abord la prise d'essai par l'acétone jusqu'à décoloration complète et extraire ensuite la lécithine par le chloroforme.

2o La détermination de l'acidité. Effectuer ce dosage suivant le procédé indiqué par la méthode officielle pour les farines, mais en prenant la phénolphtaléine comme indicateur.

Ainsi que nous l'indiquons plus haut, ces deux dosages suffisent pratiquement.

Dans le tableau qui suit, nous avons néanmoins compris d'autres résultats qui ne font, comme on le remarquera, que confirmer ceux fournis par la détermination de l'acidité et le dosage de la matière grasse. Pour l'extraction de cette dernière, nous recommandons l'éther en faisant observer que l'épuisement par ce solvant est incomplet mais pratiquement suffisant. Les chiffres consignés dans ce tableau permettent d'ailleurs d'établir la comparaison entre les résultats obtenus par un épuisement complet (acétone puis chloroforme), avec les résultats fournis par le seul épuisement à l'éther,

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Les résultats ci-dessus montrent, qu'au moins au point de vue chimique, les œufs granulés, les comprimés d'oeufs et les poudres d'œufs se sont révélés comme des produits sains présentant une composition qui rappelle ben celle de l'œuf.

Nous avons pu, en outre, fixer deux points sur lesquels nous attirons particulièrement l'attention :

1° La conservation des œufs granulés, des comprimés d'œufs et des poudres d'œufs n'est pas indéfinie ;

2o Leur asepticité n'est pas absolue.

La conservation n'est pas indéfinie. De tels produits, contenant des teneurs en matières grasses très élevées, doivent, en effet, subir le sort commun des graisses et rancir au bout d'un certain temps. Sur cet état d oxydation, le dosage de l'acidité nous renseignera. Mais il peut nous renseigner incomplètement si nous nous trouvons, par exemple, en présence d'un produit dont le rancissement a été prévu et masqué par l'addition préalable d'une substance alcaline. Il semble que l'obligation pour le fabricant d'indiquer sur la boîte la date de préparation du produit contenu serait pour le consommateur une bien meilleure sauvegarde.

[ocr errors]

L'asepticité n'est pas absolue. Il est un fait aujourd'hui bien établi. C'est la putréfaction possible des œufs. En outre, certains œufs, ceux de cane en particulier et sans doute en raison des conditions de vie spéciales de ces palmipèdes, semblent même assez fréquemment doué de propriétés nocives. En avril 1914, on a pu lire dans la presse le récit de la mori de trois personnes occasionnée par de tels œufs.

d'étain

« AnteriorContinuar »