Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Carnivores et aliments ternaires; H. BIERRY, C. R. A. S., 1919, t. 169, n° 20, p. 924.

La viande est un aliment qui est loin d'être exclusivement protéique. Le foie, en particulier, renferme du glycogène jusqu'à 20 pour 100 du poids du tissu frais et en outre du glucose, du maltose, des dextrines etc. Le coeur, les muscles renferment également des hydrates de carbone. Aprés la mort, les tissus renferment encore des quantités appréciables de glucose et de glycogène.

Voici des chiffres se rapportant au foie et aux muscles d'un cheval dont la mort remontait à 3 jours.

Glycogène (en glucose et en pour 100 du poids du tissu frais)
Autres substances hydrocarbonées (en glucose et en pour 100

du poids du tissu frais)

Foie

Muscle

2 gr. 20

0 gr. 67

2 gr. 60

0 gr. 80

Un lapin tué par une saignée rapide et dont le foie a été analysé immédiatement a donné les chiffres suivants :

Glycogène (en glucose et en pour 100 du poids du tissu frais) 12 gr. 20
Autres substances hydrocarbonées (en glucose et pour 100

du poids du tissu frais)

1 gr. 40

Les résultats d'expériences ou d'observations, utilisant des régimes artificiels ou naturels ne permettent pas de supposer que les hydrates de Carbone et les graisses ne sont pas des aliments nécessaires à l'entretien de la vie chez les carnivores. G. C.

Sur l'inversion du sucre de canne pendant la conservation des oranges; G. ANDRÉ C. R. A. S. t. 170, N° 2, p. 126.

Pendant la conservation des oranges, le sucre interverti augmente de façon notable. Dans des expériences qui ont duré plusieurs mois, l'auteur a constaté que la teneur des oranges en acide citrique n'a pas sensiblement varié et que les sucres non réducteurs ont été transformés dans des proportions variables, mais toujours de manière très appréciable, en sucres réducteurs Si on admet avec Martinand, l'absence de sucrase dans le suc d'oranges, on voit que l'inversion du saccharose ne peut être attribuée qu'à l'acide citrique. Il semble que la quantité de sucre de canne interverti dans un temps donné n'augmente pas avec la teneur en acide citrique. Dans les tissus, le mélange des matières sucrées et de l'acide citrique n'est pas homogène et ces deux matières doivent être localisées dans des sacs différents au travers desquels les échanges de liquide se font avec une grande lenteur.

G. C. Nouvelle réaction des sels d'étain; A. MAZUIR, Ann. Ch. Anal. 1920, t. 2, N° 1, p. 9.

Cette réaction est basée sur l'insolubilité totale des iodures d'étain dans SO4 H concentré. On verse dans un tube à essais 1 à 2 cm3 de solution, un volume égal d'iodure de potassium à 10 pour 100, puis en agitant 1 à 2cm3 de SO H❜ concentrée. En présence d'étain, il y a une formation immédiate d'un précipite jaune d'or d'iodure d'étain, soluble dans le chloroforme, dans l'alcool éthylique et dans HCl étendu. L'éther le décompose avec mise en liberté d'iode.

L'arsenic donne une réaction identique mais l'iodure d'arsenic est insoluble dans HCl. L'antimoine donne un précipidé rouge-brique.

G. C.

Dosage de l'acide nitreux et des nitrites; J. S. LAIRD & T. C. SIMPTON. Chemical News. 15 août 1919, p. 78 à 80.

Après une étude critique des méthodes antérieurement proposées, notamment par LUNGE, par SCOTT et par RASCHIG les auteurs proposent d'employer des solutions étalons de sulfate ferreux, ou d'oxalate de sodium, ou d'eau oxygénée comme agents réducteurs à l'égard du permanganaté de potassium. Un excès de permanganate placé dans une fiole est acidifié par 10 à 20 cm3 d'acide sulfurique au quart. On y laisse écouler la solution nitreuse en agitant constamment. On verse ensuite un excès de solution réductrice, et on titre en retour la liqueur décolorée en y versant du permanganate jusqu'à apparition de la teinte rose. Avec l'oxalate, il faut opérer à chaud, avee le sulfate ferreux on peut opérer à froid. Les résultats sont moins bons avec l'eau oxygénée. En présence de baryum, pour éviter l'emploi d'acide sulfurique on pourrait employer l'eau oxygénée en solution acidulée nitrique.

L'opération peut donner de bons résultats en présence de Cl ou de Br pourvu que la concentration lors du titrage soit inférieure à 0,5 Normal en chlore ou à 0, 0067, Normal en Brome.

La nitrite d'argent employé comme étalon donne des résultats inexacts, fréquemment trop faibles de 4 p. /.. On a de bons résultats avec une solution ferreuse étalon. On peut encore étalonner pondéralement une solution de nitrite de sodium en réduisant une solution de bromate d'argent en bromure suivant la méthode de Busvold. A. B. Recherche et dosage de traces des acides cyanhydrique et sulfocyanique dans un milieu complexe; L. CHELLE, C. R. A. S. 1919, t. 169, N° 21, p. 973.

[ocr errors]

Par l'action suffisamment prolongée et rapide d'un courant d'air, traversant le milieu complexe essayé, on peut débarrasser complètement ce milieu de toute N trace de CyH et retenir ce dernier dans une solution de KOH- On emploie 10 pour cela un barboteur spécial, qui permet de réduire jusqu'à 1cm3 la solution alca-line réceptrice, en opérant sur un volume de 50 cm3 de complexe et en y faisant passer. pendant 3 heures, un courant d air à la vitesse de 20 à 25 litres à l'heure. Dans le cas d'un sulfocyanate, on ajoute au liquide 5 cm3 de SO H au demi et un excès de chromate de potasse, on fait ensuite passer le courant d'air et on arrête CyH par la potasse Dans le cas d'un mélange de cyanure et de sulfocyanate, on traite d'abord par SO H2 au demi pour entraîner le CyH des cyanures puis par le chromate de potasse pour entraîner ce qui reste d'acide cyanhydrique.

N 10

[ocr errors]

Pour le dosage mettre dans un flacon de cristal à faces parallèles 1, 2, 3, a cm3 de la solution potassique renfermant Cy H et y ajouter, par 0 cm3, 5 de l'iodure d'argent ammoniacal jusqu'à opalescence. Soit n cm3 employés.

N

10.000 CyH contenu dans a cm3 = 0 mg, 0054 X n

[blocks in formation]
[blocks in formation]
[blocks in formation]

LA RÉPRESSION DES FRAUDES EN TUNISIE (1)

Décret du 10 octobre 1919 (15 moharrem 1338).

Louanges à Dieu!

NOUS, MOHAMMED EN NACER PACHA BEY, POSSESSEUR DU ROYAUME DE TUNIS,

Vu le décret du 27 janvier 1897, modifié et complété par les décrets des 16 juillet 1910 et 24 juin 1911, sur les fraudes et falsifications dans le commerce des denrées alimentaires;

Vu le décret du 27 janvier 1897 sur les fraudes et falsifications des engrais et amendements;

Vu le décret du 6 février 1898 astreignant les marchands ou dépositaires de denrées alimentaires ou autres à délivrer des échantillons de leurs marchandises aux autorités de police;

Vu les décrets du 28 mars 1908 et 15 juillet 1910, relatifs à la répression de la fabrication de la détention, de la vente et de la mise en vente des vins de sucre, de glucose, de mélasse et de raisins secs;

(1) Journal officiel Tunisien dù 18 octobre 1919.

Vu les articles 38 et 39 du décret du 29 juillet 1909 relatif à la vérification et à la construction des poids et mesures.

Vu le décret du 19 octobre 1911 sur la répression des fraudes dans le -commerce des laines et des céréales;

Sur la proposition de notre Directeur général de l'Agriculture, du Commerce et de la Colonisation, et la présentation de Notre Premier Ministre.

Avons pris le Décret suivant :

TITRE I

ARTICLE PREMIER.

Pénalités.

Seront punis d'emprisonnement pendant trois mois au moins, un an au plus et d'une amende de 100 fr. au moins, de 5.000 fr. au plus, ou de l'une de ces deux peines seulement :

1o Ceux qui auront trompé ou tenté de tromper le contractant: Soit sur la nature, les qualités substantielles, la composition (ou le dosage) et la teneur en principes utiles de tous produits ou marchandises;

Soit sur leur espèce ou leur origine lorsque, d'après la convention ou les usages, la désignation de l'espèce ou de l'origine faussement attribuée aux produits et marchandises devra être considérée comme la cause principale de la vente ou comme la justification du prix stipulé ;

Soit sur la quantité des choses livrées ;

Soit sur leur identité par la livraison d'un produit ou d'une marchandise autre que la chose déterminée qui a fait l'objet du contrat;

2o Ceux qui auront falsifié ou tenté de falsifier les denrées servant à l'alimentation de l'homme ou des animaux, des substances médicamenteuses, des boissons et des produits agricoles ou naturels destinés à être vendus;

3o Ceux qui auront mis en vente ou vendu des denrées servant à l'alimentation de l'homme ou des animaux, des boissons ou des produits agricoles ou naturels qu'ils sauront être falsifiés ou corrompus ou toxiques ou des substances médicamenteuses falsifiées;

4o Ceux qui auront fabriqué, exposé, mis en vente ou vendu, connaissant leur destination:

Soit des produits propres à effectuer la falsification des denrées servant à l'alimentation de l'homme ou des animaux, des boissons et des produits agricoles ou nature's;

Soit des substances ayant une quelconque des destinations suivantes : Améliorer et bouqueter les moûts, les vins ou les eaux-de-vie naturelles, en vue de tromper l'acheteur sur leurs qualités substantielles, leur origine ou leur espèce;

Guérir les moûts ou les vins de leurs maladies en dissimulant leur altération;

Fabriquer des vins, des cid:es et des poirés artificiels ;

Donner à des spiritueux destinés à la consommation, sous quelque, nom que ce soit, les caractères d'une eau-de-vie en faussant les résultats de l'analyse ;

Masquer la falsification d'une boisson quelconque en faussant les résultats de l'analyse ;

5o Ceux qui auront provoqué à l'emploi des produits et substances visés au paragraphe précédent par le moyen de brochures, circulaires, prospectus, aftiches, annonces ou instructions quelconques.

Les peines édictées par le présent article sont applicables mème au cas où les falsifications sont connues de l'acheteur ou du consommateur. En est également passible, sans préjudice des peines prévues par le Code pénal, toute personne qui ura mi- les agents chargés de la répression des frau les dans l'impossibilité d'accomplir leur mission, soit en leur refusant l'entrée de ses locaux de fabrication, de dépôt ou de vente, soit de toute autre manière.

1

ART. 2. L'emprisonnement pourra être porté à deux ans :

Si le délit ou la tentative de délit prévus par le numéro 1 de l'article précédent ont été commis:

Soit à l'aide de poids, mesures et autres instruments faux ou 'nexacts; Soit à l'aide de manoeuvres ou procédés tendant à fausser les opérations de l'analyse ou du dosage ou du mesurage, ou bien à modifier frauduleusement la composition, le poids ou le volume des marchandises, même avant ces opérations;

Soit enfin à l'aide d'indications frauduleuses, tendant à faire croire à une opération antérieure et exacte.

ART. 3. Seront punis d'une amende de 50 à 3.000 fr., d'un emprisonnement de 6 jours au moins et de 3 mois au plus, ou de l'une de ces peines seulement, ceux qui, sans motifs légitimes seront trouvés détenteurs, dans leurs magasins, boutiques, maisons ou voitures servant à leur commerce, dans leurs ateliers chais, étables, lieux de fabrication contenant, en vue de la vente, des produits visés par le présent décret, ainsi ue dans les entrepôts, fond uks, abattoirs et leurs dépendances, dans les gares ou ports de départ ou d'arrivee, dans les halles, foires et marchés :

Soit de poids ou mesures faux ou autres appareils inexacts servant au pesage ou au mesurage des marchandises;

Soit de denrées servant à l'alimentation de l'homme et des animaux, de boissons ou de produits agricoles ou naturels qu'ils savaient être falsi fiés, corrompus ou toxiques;

Soit de produits propres à effectuer les falsifications susvisées.

ART. 4. Si la substance falsifiée ou corrompue est nuisible à la - anté de l'homme ou des animaux (ou si elle est toxique; de même si la substance médicamenteuse falsifiée est nuisible à la santé de l'homme ou des animaux), l'emprisonnement devra ètre appiqué.

Il sera:

De 3 mois à 2 ans et l'amende de 500 à 10.000 francs dans les cas prévus par les numéros 2, 3, 4 et 5 de l'art. 1er;

De 3 mois à 1 an et l'amende de 100 à 5.000 francs dans les cas prévus par l art. 3.

[merged small][ocr errors][merged small]

Tous les vendeurs ou détenteurs de produits destinés à la préparation

ou à la conservation des boissons qui ne porteront pas sur une étiquette l'indication et la proportion de ceux de ces éléments dont l'emploi n'est admis par les décrets et réglements en vigueur qu'à doses limitées;

Tous ceux qui auront commis une infraction aux prescriptions des arrêtés réglementaires pris en vertu de l'art. 24 du présent décret;

Toute personne qui aura refusé de remettre aux autorités qualifiées des échantillons de ses produits ou marchandises.

[ocr errors]

ART. 6. Sera considéré comme étant en état de récidive égale quiconque, ayant été condamné par application du présent décret ou par ap-plication de tout autre décret sur les fraudes, aura, dans les cinq ans qui suivront a date à laquelle celte condamnation sera devenue définitive, commis un nouveau délit tombant sous l'application de l'un des décrets sur les fraudes.

En cas de récidive et à défaut de circonstances atténuantes, la peine d'emprisonnement et la peine d'affichage prévue à l'art. 8 devront être appliquées.

En ce qui concerne les infractions prévues à l'art. 5, l'amende sera de 50 à 500 fr. en cas de récidive dans l'année de la condamnation. Si une nouvelle infraction est constatée dans l'année qui suivra la deuxième condamnation, l'amende sera de 500 à 1.000 fr. et un emprisonnement de 6 à 15 jours pourra être prononcé.

ART. 7.

Les marchandises dont la vente, l'usage ou la détention constitue un délit seront confisquées, soit qu'elles aient été l'objet d'une saisie, soit qu'elles se trouvent encore en la possession des vendeurs ou détenteurs. Les poids et autres instruments de pesage, mesurage ou dosage faux ou inexacts, devront être aussi confisqués et, de plus, seront brisés.

Si les marchandises confisquées sont utilisables, le tribunal pourra les mettre à la disposition de l'Administration pour être attribuées aux établissements d'assistance publique. Si elles sont inutilisables ou nuisibles, elles seront détruites ou répandues aux frais du condamné.

Le tribunal pourra ordonner que la destruction ou effusion aura lieu devant l'établissement ou le domicile du condamné.

Il n'est rien modifié aux dispositions de l'art. 11 du décret du 23 mars 1908, relatif à la destruction ou à la distillation des vins de sucre, vins de raisins secs et autres vins artificiels ou fraudės.

[ocr errors]

ART. 8. Le tribunal pourra ordonner que le jugement de condamnation sera publié intégralement ou par extraits dans les journaux qu'il désignera et affiché uans les lieux qu'il indiquera, notamment aux portes du domicile, des magasins, usines et ateliers du condamné le tout aux frais de celui-ci, sans toutefois que ces frais puissent dépasser le maximum de l'amende encourue.

Lorsque l'affichage sera ordonné, le tribunal fixera les dimensions de l'affiche et les caractères typographiques qui devront être employés pour son impression.

En ce cas et dans tous les cas où les tribunaux sont autorisés à ordonner l'affichage ce leur jugement à titre de pénalité pour la répression des fraudes, ils devront fixer le temps pendant lequel cet affichage sera maintenu, sans que la durée en puisse excéder sept jours.

« AnteriorContinuar »