Annales internationales d'histoire

Portada
A. Colin, 1901
0 Opiniones
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 32 - ... une double correction ou rectification de la fausse idée que l'on se fait généralement en critique de ces deux choses capitales : le style et l'invention. On connaît les vers de Musset : II faut être ignorant comme un maître d'école, Pour se flatter de dire une seule parole Que quelqu'un ici-bas n'ait pas dite avant nous : C'est imiter quelqu'un, que de planter des choux. et si peut-être on soupçonnait Musset, en les écrivant, d'avoir voulu plaider sa propre cause, un philosophe, l'Américain...
Página 35 - J'irai plus loin encore ! et je dis que plus ils seront « nationaux, » plus ils seront « européens », si « la littérature européenne » n'est faite que de la diversité des formes que les exigences des génies nationaux ont imposées successivement ou simultanément à une matière commune ; s'il est impossible, en dehors de la diversité des formes, d'en concevoir seulement l'idée; et si, par conséquent, sa notion s'enrichit tous les jours de ce qui donne à ces grands organismes qu'on...
Página 14 - L'évolution des genres, — lyrique ou élégiaque ; — dramatique; — épique ou narratif, — en serait la trame. On ne disserterait point in abstracto sur la Renaissance, et, pour l'étudier, on ne commencerait point par poser qu'elle a été ceci ou cela ! On n'en déterminerait pas les caractères a priori. Mais on les verrait se dégager de l'histoire même des genres. Le seul sujet de la Sophonisbe, étudié dans ses transformations, depuis le Trissin jusqu'à Mairet, et dans les causes...
Página 11 - C'est à ce moment que trois influences ont agi particulièrement sur le genre tragique, et l'ont transformé, d'une imitation morte ou languissante qu'il était de l'antique, en une imitation, je n'ose dire encore plus vivante, mais déjà plus appropriée aux exigences de son évolution interne et de l'esprit du temps. Je veux parler de l'influence de Plutarque, avec ses Vies parallèles; de l'influence de la Poétique d'Aristote ; et de l'influence de Sénèque le Tragique, ou des dix pièces...
Página 101 - ... n brev'ora entr'al mio dolce hai misti tutti gli amari tuoi, del mio cor esci: torna a Cocito, ai lagrimosi e tristi campi d'inferno: ivi a te stessa incresci. Ivi senza riposo i giorni mena, senza sonno le notti, ivi ti duoli non men di dubbia che di certa pena. Vattene: a che più fera che non suoli, se '1 tuo venen m'è corso in ogni vena, con nove larve a me ritorni e voli?
Página 21 - ... de l'influence anglaise. Cette influence commence à s'exercer aux' environs de 1720, et elle va durer jusqu'en 1830. Il se produisit alors un phénomène assez singulier : la littérature anglaise, en devenant européenne, apprit à se connaître, et, pour la première fois depuis qu'elle existait, on la vit prendre enfin conscience d'elle-même. Elle n'eut garde de répudier, puisqu'on les appréciait universellement, aucune des rares qualités qui sont celles de Fielding ou de...
Página 94 - ... font se jouant à leur bord, Quand le vent est ne tranquille ne fort. Mais ici nous sommes loin du chaste Pétrarque. C'est au sensuel Arioste, peintre d'AIcine et d'Olympie, que Ronsard emprunte lignes et couleurs, notamment la double comparaison des pommes et des ondes, qu'il reprendra si souvent : Due pome acerbe, e pur d'avorio fatte Vengono e van, com...
Página 74 - Desportes a osé donner de ce sonnet après Du Bellay : Si la course annuelle en serpent retournée Devance un trait volant par le ciel emporté ; Si la plus longue vie est moins qu'une journée, Une heure, une minute envers l'éternité ; Que songes-tu, mon âme en la terre enchaînée? Quel appast tient ici ton désir arresté? Faveur, thresors, grandeurs ne sont que vanité, Trompans des fols mortels la race infortunée.
Página 16 - Congrès d'histoire (VI' section). 2 r autos sacramentales de Calderon et de Lope de Vega, on se priverait d'un grand plaisir; et on serait plus qu'injuste pour l'une des formes les plus originales que l'art dramatique ait jamais revêtues. Mais cela veut dire qu'ils n'ont dans l'histoire de la littérature européenne qu'une importance relative, et que la littérature espagnole ne s'étant point mêlée par eux au mouvement de la pensée européenne, ce n'est donc point d'eux qu'il nous faut tenir...
Página 15 - Tel est le cas de la littérature basque, — si du moins il en existe une qui soit digne de ce nom, — et, que les bardes me le pardonnent! tel est le cas de la littérature bretonne, moderne ou contemporaine. Par une extension qui n'a rien d'abusif, il suit de là que les productions d'une grande littérature ne nous appartiennent qu'autant qu'elles sont entrées en contact avec d'autres littératures, et que de ce contact ou de cette rencontre on a vu résulter des conséquences.

Información bibliográfica