Bibliothèque orientale elzévirienne, Volumen4

Portada
E. Leroux, 1876
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 55 - ... l'Islam. Ce sont des lieux consacrés par la tombe, ou placés simplement sous l'invocation de cheykhs morts en odeur de sainteté, de welys, voire même de prophètes, de nébys. Mais mille choses viennent déceler leur véritable origine et trahir ce naïf travestissement. D'abord, le nom. Souvent ils portent celui de la localité, quand il s'agit d'une localité antique, et ce n'est pas seulement une simple désignation qualificative, mais une...
Página 60 - ... faire prêter sur leur sanctuaire local, et il est excessivement rare alors qu'ils n'y soient pas fidèles ou qu'ils le prononcent pour rendre un faux témoignage. Il y aurait bien d'autres choses fort significatives à signaler : telles que leurs sacrifices propitiatoires exécutés dans des...
Página 59 - Un étranger, même infidèle, pourvu qu'il n'enfreigne pas les prescriptions essentielles du culte, peut y dormir en toute sûreté. Dans mes premières excursions, que je faisais, par économie, sans tente et sans équipage, j'ai usé de cette prérogative et éprouvé plus d'une fois, après une rude et longue journée, la sensation délicieuse, — au point de vue archéologique, bien entendu, — de...
Página 54 - ... pittoresquement de leurs taches blanches les horizons montagneux de l'aride Judée. Ces sanctuaires fellahs, bien entendu, pour dissimuler leur origine suspecte, se sont mis à l'ombre de la plus...
Página 58 - Les fellahs prêtent à leurs divinités locales une puissance surnaturelle et des miracles tout à fait contraires aux principes de l'Islam. Non-seulement ils les vénèrent, mais ils les redoutent et ont pour eux cet horror qui est le symptôme de la véritable adoration religieuse. Un makam est un lieu à la fois hospitalier et inviolable : personne n'oserait toucher à une chose ou à une personne reposant sur ce sol respecté.
Página 63 - L'église s'écroula, ensevelissant sous ses ruines Abou Meizar et les chrétiens. Les habitants de Sara vinrent fouiller dans les décombres de la R'meîlé et retrouvèrent son corps, qu'ils reconnurent parce qu'il était, — ainsi qu'il les en avait avertis, — étendu sur le dos, tandis que tous les chrétiens gisaient la face contre terre. On l'enterra sur le lieu même à Sara où se voit à présent son makam. Les vieux disent : « Entre Sara et Beit el-Djemal a été tué Chemchoum el-Djebbar.
Página 54 - Robinson le pressentait déjà, ont conservé, par l'érection de leurs qoubbés musulmanes et grâce à leur fétichisme pour certains grands arbres isolés, l'emplacement et le souvenir de ces sanctuaires que le Deutéronome signale à l'exécration des Israélites entrant dans la Terre promise et leur montre couronnant les hauts sommets, surmontant les collines et s'abritant sous les arbres verts; mais ils...
Página 6 - Résultats topographiques et archéologiques des fouilles entreprises à Jérusalem par le Palestine Exploration Fund, in-8...
Página 54 - ... fétichisme pour certains grands arbres isolés, l'emplacement et le souvenir de ces sanctuaires que le Deutéronome signale à l'exécration des Israélites entrant dans la Terre promise et leur montre couronnant les hauts sommets, surmontant les collines et s'abritant sous les arbres verts; mais ils leur rendent presque le même culte que leur rendaient alors les adorateurs des Elohims, ces kouffars chananéens dont ils sont les descendants.
Página 53 - ethnique, c'est-à-dire le nom, dérivé de la localité, sous lequel se désignent les habitants, est de forme plus archaïque que le nom du lieu lui-même. J'ai un grand nombre d'exemples de ce phénomène intéressant; il peut...

Información bibliográfica