Dictionnaire historique et archéologique du département du Pas-de-Calais, Volumen1

Portada
1873
0 Opiniones
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 130 - Ces débris, parfois superposés jusqu'à une certaine profondeur, semblent y avoir été déposés à différentes époques. » Au reste, partout dans cette enceinte et dans ses environs, se rencontrent des monnaies romaines et d'autres débris antiques ; mais la plupart appartiennent aux empereurs des trois premiers siècles de notre ère, depuis Auguste jusqu'à Gallien. Nous y avons cependant trouvé une médaille gauloise des Atrébates en bronze, et un peu plus loin, à Marœuil, des vases...
Página 131 - ... faire un fossé de neuf pieds de large sur douze de profondeur, et à élever un parapet de quatre pieds de hauteur. » Or, nos retranchements d'Etrun ont parfois, dans les endroits où la culture ne les a pas abaissés, six à huit mètres, ce qui indique un ouvrage important, et destiné à servir pendant longtemps.
Página 129 - La troisième, qui conduit à Duisans et qui laisse passer le chemin de débouché d'Etrun à la route impériale, est plus moderne; elle a été pratiquée par les Dames de l'abbaye d'Etrun. » Une grande fosse adossée contre l'enceinte et la rivière et qui a une forme demi-circulaire, semble avoir été faite ou utilisée par les Romains comme vallum ou enceinte intérieure. Cependant je la crois d'origine celtique. » Elle a environ 60 mètres de diamètre, est très-profonde et présente, à...
Página 130 - D'abord son enceinte ne pouvait contenir au plus qu'une légion, déduction faite des rues, des magasins, du prétoire, du forum, et qui prenaient à peu près le tiers de l'enceinte, puisque les auteurs exigent un espace de 120 pieds pour un manipule et de 300 de long sur 200 de large pour une cohorte (1). » Sans doute ce corps, abrité derrière de hauts retranchements, était suffisant pour protéger le pays, surtout lorsqu'il était assez calme, mais il ne pouvait suffire...
Página 131 - Duisans, sont toutes du ir siècle, et nous avons vu que les monnaies trouvées dans son enceinte ou tout auprès sont presque toutes aussi postérieures à César. Il me paraît donc évident que ce camp est un camp permanent, qu'il était chargé de veiller sur la vieille cité des Atrébates, qui était alors trèsvoisine de lui...
Página 129 - ... c'est-à-dire un tiers de plus en longueur qu'en largeur. D'un côté, il était protégé par la rivière du Gy et les fontaines dites des Brochets et d'Etrun, et sur les autres côtés par un retranchement de...
Página 130 - ... toutes choses qui fixeraient d'une manière certaine notre opinion. » En attendant, et d'après cette description, ne devons-nous pas penser que ce camp a été habité pendant les trois premiers siècles de l'occupation, qu'il est de la catégorie...
Página 181 - Les divers villages furent défend us par l'ennemi avec une grand» opiniâtreté. Le combat fut surtout acharné à Biefvillers qui ne fut enlevé qu'après plusieurs retours offensifs et après avoir été tourné vers la gauche par les troupes du général du Bessol, pendant que le général Derroja appuyait l'attaque sur la droite en enlevant vivement Grévillers.
Página 222 - D y avait anciennement à Bailleulmont une prévôté de l'abbaye d'Anchin. Ce village eut sa coutume particulière rédigée en 1507. Nous ne terminerons pas cette notice sans accorder quelques lignes à la légende de la salle du Désespoir, nom que portait une chambre haute du donjon. Collart de Bois-Huon, écuyer, seigneur de Vis-en-Artois, avait épousé une fille naturelle de Philippe de Saveuse. Comme ce jeune homme était folastre et de...
Página 144 - Arras contre le prince de Condé. Les dames d'Avesnes restèrent quarante ans à leur refuge d'Arras, jusqu'à ce que l'abbesse Jeanne de Tramecourt, qui succéda à Marie-Thérèse de Montmorency, eut achevé la reconstruction des bâtiments. Elles étaient au nombre de douze, et faisaient preuve de noblesse militaire, tant du côté paternel que du côté maternel, pour être admises dans la maison où elles vivaient presqu'en chanoinesses et sans être cloîtrées. A l'époque de la fondation...

Información bibliográfica